Le conclave pour les nuls : explication de texte !
12 mars, 2013   //   Par :   //   eglise, droit canonique   //   Les commentaires sont fermés.   //   3589 Vues

Savoir ce qui va se passer à partir du démarrage du conclave relève parfois du parcours du combattant tant les explications sont diffuses ici ou là.

Les 115 cardinaux électeurs entreront donc en conclave, dans le secret absolu, le mardi 12 mars pour élire du Successeur de Pierre après la renonciation de Benoit XVI, le 28 février dernier, et après pratiquement 10 jours de congrégations générales (sorte de pré-conclave). Puisque l’actuel doyen des cardinaux (card. Angelo Sodano) a plus de 80 ans, c’est le cardinal RE présidera au Conclave.

Que va-t-il se passer à partir de mardi matin ? Je pose ici un programme « éventuel » qui dépendra du vote des cardinaux bien évidemment. Je détaille les évènements probables jusqu’à vendredi, espérant l’élection avant ce jour. Si le Conclave devait durer au-delà, je réviserai mon article. Mais à partir du mardi 12, que va-t-il se passer ? 

Mardi 12 mars 2013

  • 7h : rendez vous des cardinaux pour installation (attribution des chambres par tirage au sort) à la Domus Sainte Marthe (enceinte du Vatican).
  • 10h : Célébration solennelle de la messe pour l’élection du Pontife romain (pro eligendo romano Pontefice), dans la basilique Saint-Pierre.
  • 15h45 : le « président » ouvre la célébration du conclave (c’est avant tout une célébration liturgique de prière) : « Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ! Que le Seigneur qui guide nos cœurs dans l’amour et dans la patience soit avec vous tous. ». Il lit ensuite la monition d’introduction : « Toute l’Eglise, unie à nous dans la prière, invoque instamment la grâce de l’Esprit Saint afin que soit élu parmi nous un Pasteur digne de tout le troupeau du Christ. ».

Cardinals enter the Sistine Chapel to begin the conclave in order to elect a successor to Pope Benedict at the VaticanIls démarrent ensuite la procession de la chapelle Pauline pour arriver dans la Chapelle Sixtine, en chantant les litanies des saints, selon le rituel du Conclave. Arrivés dans la Sixtine, ils prient aussi le chant à l’Esprit Saint Veni Creator. Pour ces divers prières chantées, les cardinaux sont aidés par la chorale de la Chapelle Sixtine : magnifique choeur de chanteurs « professionnels ».

Après ces prières liturgiques, chaque cardinal fait la prestation de serment : pour cela, le Cardinal RE prononce, avec tous, le texte du serment, par lequel ils promettent notamment d’observer la Constitution apostolique Universi Dominici Gregis du 22 février 1996, qui réglemente l’élection du Souverain Pontife, et de garder le secret absolu.

Le texte du serment est celui-ci :

« Moi, N. N., je promets et je jure de garder le secret absolu, et à l’égard de quiconque ne fait pas partie du Collège des cardinaux électeurs, et cela perpétuellement, à moins que je n’en reçoive une faculté particulière expressément accordée par le nouveau Pontife élu ou par ses successeurs, sur tout ce qui concerne directement ou indirectement les votes et les scrutins pour l’élection du Souverain Pontife.
Je promets également et je jure de m’abstenir de me servir d’aucun instrument d’enregistrement, d’audition ou de vision de ce qui, pendant l’élection, se déroule dans le cadre de la Cité du Vatican, et particulièrement de ce qui a trait directement ou indirectement, de quelque manière que ce soit, aux actes liés à l’élection elle-même.
Je déclare faire ce serment en ayant conscience que l’enfreindre entraînerait mon excommunication latae sententiae sententiae réservée au Siège Apostolique.
Que Dieu m’y aide ainsi que ces saints Évangiles que je touche de ma main. »

Chaque cardinal vient ensuite en procession promettre sur l’Evangile, en prononçant personnellement la dernière phrase du serment : « Moi Cardinal N., je promets, je m’oblige et je jure. Que Dieu m’aide et ces saints évangiles que je touche de ma main ».

« Extra omnes ! » (« tout le monde dehors ! »),  méditation spirituelle et premier scrutin

extra-omnesLe cérémoniaire – le maître des célébrations liturgiques pontificales, Mgr Guido Marini (ci-contre sur la photo) – prononce le fameux « Extra omnes » qui signifie « tout le monde dehors ! » et tous les non-électeurs doivent sortir sauf deux personnes : le cérémoniaire lui-même et le cardinal non-électeur choisi pour donner une sorte d’homélie (appelée méditation), aux cardinaux électeurs, avant le vote comme le prévoie UDG n°52. Il a été choisi, par vote, vendredi dernier par l’assemblée des cardinaux : il s’agit du cardinal Prosper Grech, OSA, patrologue, de Malte. A ce moment-là, le cérémoniaire ferme la porte de la chapelle Sixtine mais non encore à clefs.

A la fin de la méditation, le cardinal qui aura donné la méditation se retirera, ainsi que Mgr Marini, pour laisser place au vote : des Gardes sont placés à la porte et seuls les cardinaux électeurs resteront enfermés dans la chapelle Sixtine. Un seul scrutin est prévu ce mardi 12 mars au soir : il y aura donc à 19h une première fumée, qui sera sans doute noire. Nous n’imaginons pas une élection aussi rapide. Ensuite il y a 4 scrutins par jour.

Comment se déroule un scrutin ? 

Vatican Secret Archives Go On Show For First Time - RomeDes bulletins de vote (deux ou trois) sont distribués aux cardinaux où ils doivent inscrire le nom du cardinal qu’ils veulent élire comme Pape. Les cardinaux se lèvent ensuite un par un, pour placer leur bulletin dans une urne en appelant le Christ à témoin.

Des cardinaux tirés au sort sont des « réviseurs » (ils contrôlent le bon déroulé du vote) et d’autres cardinaux tirés au sort sont les « scrutateurs » : ils dépouillent le vote et annoncent les voix. On regarde si un cardinal acquiert les deux-tiers des voix (sur 115 électeurs, cela représente 77 voix) puis les bulletins sont brûlés, avec l’aide des cérémoniaires appelés entre temps. Il ne doit rester aucune trace du vote. On brûle aussi toutes les autres notes prises par les cardinaux, pour préserver le secret.

Mercredi 13, jeudi 14 et vendredi 15 mars

UnknownChaque jour se ressemble avec, normalement, deux scrutins par demi-journée : deux le matin et deux l’après midi. Les bulletins ne sont brûlés qu’après le second tour : et donc il n’y a que deux fumées par jour : l’un en fin de matinée (après deux tours) et l’autre en fin d’après-midi.

  • 9h30 – 12h30 : deux tours de scrutins
  • 12h30 : fumée, signe que l’on a brûlé les deux tours.
  • 16h-19h : deux autres tours de scrutins
  • 19h : fumée, signe que l’on a brûlé les deux tours.

Les cardinaux se séparent, en fin de matinée et en fin d’après-midi, en invoquant la Vierge Marie.

Il en va de même pour jeudi et vendredi, si besoin est.

Si l’élection arrivait à un vote intermédiaire (soit en milieu de matinée après le 1er vote ; soit en milieu d’après-midi après le 3ème de la journée) la fumée blanche arriverait alors avant l’heure prévue : en gros vers 10h30 pour le matin ou 17h30 pour l’après-midi.

Pour la suite des événements (journée de conclave de samedi et de dimanche), place à un autre article si besoin est !

 P. Cédric Burgun

Les commentaires sont fermés.