Un coup de gueule !
3 novembre, 2011   //   Par :   //   a chaud, eglise, droit canonique   //   1 commentaire   //   1908 Vues

Savons-nous que les vrais enjeux sont ailleurs ?

Je lance ici un coup de gueule, car je suis fatigué !

Depuis plusieurs jours, j’ai vu des chrétiens qui défilent dans la rue au sujet d’une pièce de théâtre qui témoigne surtout de la détresse actuelle, mais dont beaucoup n’auraient même pas entendu parler ailleurs qu’à Paris …

J’ai vu des reportages sur des chaînes de télé nationales, et non des moindres, au sujet de ces manifestations … A-t-on la même couverture médiatique sur d’autres sujets plus importants ? Je n’en suis pas sûr … Est-ce que les chrétiens s’engagent sur ces autres sujets ? Je n’en suis pas sûr non plus …

Je vois des chrétiens qui « tapent » sur ces chrétiens parce qu’ils défilent … Je vois certains de ces chrétiens y aller à coup d’injures et d’insultes pour défendre leur action …

J’ai vu notre bon pape appeler, avec d’autres représentants de religions, à la paix et au respect … J’ai vu des chrétiens qui tapent sur ce pape parce qu’il promeut le dialogue et la paix.

Dans d’autres domaines, j’ai vu un journal chrétien publier une tribune pour que les chrétiens n’aient pas peur de la théorie du gender

Je vois des lycées français qui s’apprêtent à enseigner des théories qui n’en sont pas …

Est-ce que nous manifestons de la même manière ? Il ne me semble pas … Y a-t-il d’autres moyens d’action mis en œuvre ? Pas beaucoup plus … En ce qui concerne la théorie du gender, nous nous sommes réveillés bien tard et avons peu soutenu les initiatives déjà lancées.

Bref ! il y a ceux qui essayent de bouger en tapant sur ceux qui bougent déjà …

Et il y a ceux qui tapent sur ceux qui ne bougent pas …

Et je ne parle même pas de nos querelles de clocher, pour des questions de langue ou de rite !

Quelle image donnons-nous ? Quelle image avons-nous donnée du christianisme pendant ces jours ? Il est parfaitement inacceptable de voir des chrétiens s’insulter par médias interposés et de laisser cela en pâture à nos contemporains. Et quand je dis « insulte », je pèse malheureusement mes mots ! Ces mêmes personnes seraient offusquées d’entendre leurs ados les prononcer !

Un journal a titré  « le cardinal Vingt-Trois siffle la fin de la recrée » : il serait grand temps que nous écoutions nos cardinaux : le cardinal Barbarin a lui aussi appelé à un discours et à des actions de paix.

Quelle image donnons-nous ? Quelle image voulons-nous donner ? On se targue parfois de critiquer ceux qui fêtent Halloween, mais quand je contemple, consterné, l’image que nous avons donnée du christianisme ces derniers jours, nous tous (ceux qui ont bougé, ceux qui n’ont pas bougé, etc.), je me demande si je n’aurai pas préféré voir des citrouilles remplir des rues !

Nous nous tapons dessus à coup de communiqués de presse interposés, parfois jusque devant des tribunaux, alors que d’autres choses sont nettement plus graves. Nous nous jugeons publiquement les uns les autres devant un monde qui se divertit de nous voir ainsi nous diviser. Que les paroles de l’évangéliste Jean résonnent en nos cœurs : « Que tous soient un … » (Jn 17,21) et encore : « à ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13, 35).

Nous nous plaignons des médias qui seraient contre nous ? Où puis-je voir des chrétiens qui s’engageraient dans un journalisme chrétien avec sérieux, honnêteté et respect ? J’en vois trop peu…

Nous nous plaignons de nos politiques qui ne seraient plus chrétiens ? Où puis-je voir des chrétiens qui s’engageraient politiquement et courageusement, avec sérieux, honnêteté et respect ? J’en vois trop peu…

Nous nous plaignons de cette Europe libertaire et athée … Depuis Robert Schuman, peu ont décidé de prendre sa suite … Où sont-ils ? La rue n’a que rarement fait avancer le monde vers le bien commun ! Soyons-en bien conscients ….

Nous nous plaignons parfois de nos évêques, de nos prêtres, du pape même … Quand il s’agit de les défendre, a-t-on les mêmes mouvements de fougue et de générosité ? J’en vois trop peu…

Posons-nous cette question : avons-nous les moyens d’être ainsi divisés ? Avons-nous la force de nous battre contre des pièces des théâtres – qui feront de toute manière un « flop » – tout en laissant de côté les vrais combats ? Sur les sujets moraux, connaissons-nous les vrais enjeux, par exemple, des élections futures ? Avons-nous diffusé et défendu de la même manière le texte des évêques sur ces prochaines échéances ? Eh bien non ! Et j’en veux pour preuve le peu d’écho sur Facebook qu’a eu ce texte alors que depuis trois jours, la blogosphère catho ne parle que de pièces de théâtre répercutant les positions des uns et des autres !

Comme fidèle d’abord et comme pasteur aussi, je me désole de nos divisions … Alors oui, cela paraîtra être donneur de leçon … Alors oui, cela paraîtra en ajouter à ce que je dénonce moi-même … Mais tant pis ! Je prends ce risque.

Soyons au rendez-vous de la réflexion et de l’honnêteté intellectuelle pour défendre ce qui le mérite vraiment. Laissons la culture mortifère aller seule à son triste destin … Le beau, le vrai, le bon ont toujours survécu.

En ces jours qui suivent la fête de la Toussaint, avec l’Eglise, re-méditons sur les Béatitudes et son invitation à être pauvre, humble, simple …

Avons-nous encore les moyens de ces batailles de clochers ? Avons-nous les moyens de nous taper dessus et de paraître divisés aux yeux du monde ?

Il serait peut-être temps de nous réveiller ! Et de choisir les bons combats … Ces batailles de « soutanes » et de « gauchos » de toute sorte (pardon d’avance pour cette caricature, mais je le fais seulement pour la forme et le style !) sont stériles ! Et voilà ce que cela produit : des divisions, des divisions et encore des divisions … Et pendant ce temps, le message de vérité, d’amour et de compassion du Christ n’avance pas.

Une chose que nous pourrions faire maintenant ? Choisir la même attitude que nos chers moines : dans le silence, discerner en nos cœurs là où le Christ nous attend vraiment. Nous demander humblement pardon et discerner les bons combats. Nous ne pouvons plus nous permettre d’être divisés : il est temps que les cathos français le comprennent et en vivent ! Choisissons le bon camp : celui du silence et de la prière dans les combats qui n’en valent pas la peine et celui de la parole et de l’agir dans les combats qui seront le prélude de notre avenir et celui de vos enfants.

À bon entendeur …

 

1 commentaire pour “Un coup de gueule !”